4 choses à savoir pour réussir votre chirurgie esthétique

par

Malgré ce que l’on pourrait croire, toute chirurgie esthétique, qu’elle soit non invasive (produits de comblement et injections) ou chirurgicale (retouche des seins et liposuccion), est toujours risquée. Avant de réserver une intervention esthétique, lisez d’abord les conseils ci-dessous des docteurs Terry Dubrow et Paul Nassif. Comme vous pouvez le deviner d’après leur émission à succès Botched, diffusée le mardi soir sur E ! à 21 heures EST, ils s’y connaissent en chirurgie plastique ratée et savent comment l’éviter.

1. Même les procédures non invasives comportent des risques majeurs que vous devez prendre en compte

Selon le Dr Dubrow, environ 17 millions de procédures cosmétiques sont effectuées chaque année dans ce pays, dont seulement 1,7 million sont des procédures chirurgicales. « On suppose que les interventions de chirurgie esthétique comportent tous les risques et que les interventions non invasives n’en comportent aucun », explique le Dr Dubrow. « Mais même si les risques sont moindres pour les [procédures] non invasives, ils restent très importants. Ce que nous voyons aujourd’hui comme un risque avec les produits de comblement du nez, des joues et des tempes, qui n’était pas reconnu jusqu’à récemment, c’est la cécité. Ce risque est maintenant suffisamment important pour que nos sociétés [associations professionnelles] estiment toutes qu’il faut avertir les patients, sur les formulaires de consentement, qu’ils peuvent devenir aveugles à cause de ces produits. Donc [se faire poser des produits de comblement] n’est pas aussi bénin qu’on le croit. »

2. Ne choisissez pas n’importe qui pour effectuer votre intervention

Méfiez-vous des chirurgiens qui ne sont pas des chirurgiens plasticiens agréés. Selon le Dr Dubrow, 30 à 40 % des chirurgies esthétiques pratiquées dans ce pays le sont par des chirurgiens non plasticiens qui se font appeler « chirurgiens esthétiques ». Les chirurgiens qui sont certifiés par l’American Board of Plastic Surgery sont tenus de respecter certaines normes, et choisir un médecin qui répond à ces normes peut contribuer à minimiser les risques. Le Dr Dubrow déclare : « Je pense que le meilleur conseil que l’on puisse donner à quelqu’un qui veut avoir recours à la chirurgie plastique est de s’assurer que son médecin a reçu une formation officielle. Posez-lui une question simple : « Avez-vous les qualifications requises pour faire cela dans un grand hôpital ? Parce que si quelqu’un n’est pas un vrai chirurgien plastique, un hôpital ne le laissera pas pratiquer cette opération sur quelqu’un. »

3. Vous n’iriez pas à un rendez-vous avec quelqu’un sans le traquer d’abord sur les médias sociaux, alors pourquoi ne pas faire de même avec un chirurgien esthétique ?

Après avoir fait des recherches approfondies sur le site Web et les photos du médecin, le Dr Nassif suggère d’aller sur Realself.com pour lire des avis de satisfaction sur l’intervention ou de consulter les forums de discussion pour obtenir des commentaires sur un médecin en particulier. « Tous les médecins ont quelques avis négatifs, mais il faut en tirer une impression générale », explique le Dr Nassif. « Vous devez savoir ce que vous allez recevoir ».

4. Demandez-vous : « Le changement physique que je souhaite vaut-il la peine de risquer ma vie ? »

Le Dr Dubrow déclare : « L’autre chose que je recommanderais pour éviter d’être bâclé, c’est de s’assurer que si vous devez subir une intervention, c’est quelque chose que vous voulez vraiment avoir. Et que les avantages l’emportent sur les inconvénients. Les gens pensent que [la chirurgie plastique] n’est qu’une petite retouche, un petit travail, mais vous savez, vous pouvez faire un petit travail et vous retrouver six pieds sous terre. Ou se retrouver dans nos bureaux avec un désastre total. Alors, prenez-le très, très au sérieux, et pensez-y très soigneusement avant de le faire. Et puis, si vous le faites, vous devez vous adresser soit au [Dr Nassif], soit à moi, c’est tout. Il n’y a pas d’autre solution – tous les autres sont nuls. Oh, je m’amuse si tôt le matin ».